Actualités

Bilan des marchés du 7 mars 2022

Actualités financières

Nous vous proposons de découvrir un nouveau bilan des marchés de la semaine passée, rédigé par Vincent BARBIER, gérant de Proximité Courtage et du Groupement Proximité Partenaires Conseils.

Un vent de panique sur les marchés

Le prolongement du conflit russo-ukrainien et les conséquences économiques qui y sont liées ont fait plonger les bourses plus particulièrement en Europe.

Le CAC 40 en cédant 10,23% a connu sa pire semaine depuis le début de la crise de la COVID-19, le Dax a connu la même déconvenue en reculant de plus de 10%.

Les indices américains, étant moins exposés à la Russie, ont fait preuve de plus de résilience. Le Dow Jones perd 1,30% et le Nasdaq 100 2,48%.

L’indice de la peur, « le Vix », de manière asymétrique au marché a progressé de 5% vendredi suite à l’annonce de la prise par les forces russes de la plus grande centrale nucléaire d’Europe à Zaporijjia, victime de tirs qui ont provoqué un incendie faisant craindre une fuite radioactive. Fort heureusement, aucun des six réacteurs que compte cette centrale n’a été touché, seuls des bâtiments administratifs consacrés aux formations et un laboratoire de la structure ont été endommagés.

La crainte de la stagflation


Dans la 
newsletter du 14 février 2022, j’évoquais le spectre d’un scénario de stagflation en m’appuyant sur les chiffres annuels de l’inflation (+7,5% aux États-Unis ; +5% en Europe) qui pouvaient avoir un impact réel sur la consommation et, de facto, réduire significativement les prévisions de croissance annoncées par le ministre de l’Économie et des Finances en début d’année (4 % pour 2022).

Pourquoi la stagflation pourrait faire son apparition ?

L’invasion de l’Ukraine dans une guerre « éclair » imaginée par Poutine, sous-estimant la résistance du peuple ukrainien, se transforme de jour en jour dans un conflit durable aux lourdes répercussions sur la dynamique macroéconomique, à commencer par la flambée des prix de l’énergie.

Le baril de pétrole est passé vendredi 4 mars au-dessus de la barre des 118 dollars et la crise ukrainienne risque d’accentuer le mouvement haussier provoquant un choc pétrolier inédit avec un baril qui pourrait atteindre la barre des 200 dollars.

Sur le marché des changes, la baisse de l’euro face au dollar n’arrange pas le contexte inflationniste du coût de l’énergie en Europe. En 2008, lorsque le prix du baril de pétrole avait atteint 147,50 dollars, 1 euro s’échangeait contre 1,60 USD, ce qui permettait d’amortir le coût de l’or noir importé. Aujourd’hui 1€ s’échange contre 1,088 USD, augmentant significativement la facture.

Les industries automobiles et bancaires ont déjà été lourdement sanctionnées en bourse cette semaine à l’image de Renault -24% dont les usines de production à l’arrêt se multiplient en Russie (le constructeur automobile russe AvtoVAZ appartenant au groupe Renault a annoncé jeudi 3 mars 2022 la suspension de ses usines pour quatre jours) et de la Société Générale – 26,88%, qui a tenté jeudi de rassurer les marchés en se disant prêt à faire face à l’expropriation de sa filiale en Russie, Rosbank qui pourrait lui coûter 1,8 milliard d’euros.

Ce lundi, une troisième séance de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie aura lieu. Selon un membre de la délégation ukrainienne, les deux sessions précédentes de pourparlers n’avaient pas abouti à un arrêt des combats, mais les parties se sont entendues pour créer des couloirs humanitaires afin d’évacuer les civils.

Point sur notre fonds Panorama Patrimoine

Face à l’aggravation du conflit en Ukraine, nous avons été amenés à adapter l’allocation du portefeuille. Dans un premier temps, nous avons décidé de réduire nos positions présentant un profil de risque asymétrique et qui pourraient être impactées par les conséquences à court terme du conflit. Ainsi, nous avons clôturé notre position sur le dollar canadien (-2,3%), réduit notre exposition au peso mexicain (-1,6%), à la dette émergente (-2,9%) et profité de la remontée des taux sur la partie courte de la courbe pour céder nos couvertures sur les obligations 5 ans US (+11,5%). Dans un second temps, malgré la crise actuelle, les entreprises présentent des fondamentaux de long terme d’autant plus attractifs que les niveaux de valorisation ont baissé. Cet environnement nous incite à nous réexposer graduellement sur les actions, notamment US (+2%) ainsi qu’au secteur de l’énergie (+1%) et bancaire (+2%).

Le fonds Panorama Patrimoine est en baisse sur la semaine. Le fonds a principalement été impacté par la correction sur le marché russe et le secteur bancaire, mais également par la correction généralisée des actifs risqués internationaux. Notre stratégie d’arbitrage sur les matières premières a également souffert des variations majeures sur ces marchés. Malgré un environnement défavorable, la diversification du portefeuille et nos positions de convictions, notamment sur les métaux précieux et stratégiques, les entreprises minières et aurifères, ainsi que nos positions de couvertures, ont été autant de contributeurs permettant de protéger le portefeuille. Le fonds affiche une performance 2022 de -3,77% (au 02/03) avec une exposition actions renforcée à 22% au 07/03.

Source : Amilton au 07/03/2022

Pour tout renseignement complémentaire, contactez un conseiller.

DISCLAIMERS

Pour une information complète sur la stratégie du support et l’ensemble des frais et risques, nous vous remercions de prendre connaissance du DICI disponible en suivant les liens (survol sur le nom des fonds), et sur simple demande auprès de notre siège. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital. Avant tout investissement, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans cette newsletter, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir.

Les informations contenues dans cette newsletter sont arrêtées en date de publication de celle-ci et ne sont donc pas valables dans le temps.

Retour haut de page