Actualités

Bilan des marchés du 10 octobre 2022

Actualités financières

Nous vous proposons de découvrir un nouveau bilan des marchés de la semaine passée, rédigé par Vincent BARBIER, gérant de Proximité Courtage et du Groupement Proximité Partenaires Conseils.

Les marchés soufflent le chaud et le froid

Le début de semaine a été marqué par une hausse spectaculaire des indices boursiers, à l’image du CAC 40 qui, mardi à la clôture, a  rebondi de 4,24%; retrouvant la barre des 6 000 points.

L’éphémère euphorie a gagné également les places financières américaines qui, en deux jours, se sont offertes  leur plus forte progression depuis le printemps 2020. 

Les investisseurs ont sans doute retrouvé de l’appétit pour des achats à bon compte, suite à la purge commencée à la mi-août qui a fait chuter les principaux indices de plus de 10%.

En parallèle, le ralentissement de l’activité manufacturière aux États-Unis symbolisée par l’indice ISM au plus bas niveau depuis mai 2020, a été interprété comme un signe des premiers effets de hausse de taux qui pourrait infléchir la position des banquiers centraux quant au resserrement monétaire.

C’était sans compter sur la publication des bons chiffres de  l’emploi américain vendredi dernier : 263 000 nouveaux postes ont été créés en septembre alors que le  consensus tablait sur 255 000.

La bonne santé du marché du travail américain a fait reculer le taux de chômage à 3,5%, soit son plus bas niveau depuis 50 ans favorisant les hausses de salaire et de facto l’inflation.

Paradoxalement, les banques centrales sont dans l’attente d’un ralentissement du marché de l’emploi pour envisager d’assouplir leur resserrement monétaire. Le rapport de septembre ne devrait donc pas dissuader la FED de procéder à un nouveau tour de vis lors de la prochaine réunion de son comité monétaire prévue les 1er et 2 novembre.

Dans ce contexte, les taux obligataires sont repartis à la hausse. Le rendement des emprunts d’État américains à 2 ans a atteint 4,31% soit 40 points de base de plus que celui du 10 ans. Cela signifie que l’investisseur est prêt à prendre le risque d’un rendement plus faible pour une durée plus longue,  mais garanti et qu’il anticipe une forte baisse des taux courts pour les années à venir.

En effet, historiquement, l’écart entre le taux 2 ans/10 ans est positif en moyenne proche de + 1 %, ce qui paraît logique. Prêter sur une longue durée expose l’investisseur à l’accroissement de l’incertitude de non-paiement, il exige donc en contrepartie une prime plus élevée que sur une durée d’emprunt plus courte.

Cette “anomalie » d’inversion de courbe des taux nous a amenés à construire une solution d’investissement Proximité Pente Euro Décembre 22 (1) matérialisant notre conviction d’un retour à une pentification de la courbe des taux à moyen ou long terme.

La semaine se clôture malgré tout sur une note positive. L’Euro Stoxx 50 a grappillé 1,7%; le CAC 40 prend 1,8% de performance et aux US, le S&P 500 progresse de 1,5%. 

Nous suivrons attentivement la semaine prochaine la statistique des prix à la consommation aux États-Unis ainsi que la publication des résultats des entreprises pour le troisième trimestre.

Point sur notre fonds Panorama Patrimoine

Au cours de la semaine, nous avons été amené à prendre partiellement nos bénéfices sur certaines positions de couverture. En effet, dans la poursuite des actions des banques centrales japonaise et britannique, le climat pourrait être temporairement plus favorable à une baisse des taux. Dans ce contexte, nous avons tactiquement réduit nos couvertures sur nos obligations allemandes afin d’augmenter la duration des portefeuilles (+7,5%). Par ailleurs, suite au fort mouvement d’appréciation du dollar US contre la devise chinoise du fait de divergences de politique monétaire, nous avons allégé nos positions de couverture (-2,2%).  Le fonds Panorama Patrimoine affiche une performance en légère progression sur la semaine. Le portefeuille a bénéficié du rebond des thématiques cycliques à l’image des métaux de la transition énergétique, des sociétés minières ou du secteur de l’énergie. L’exposition aux actions des pays développés a également contribué positivement tandis que le fonds a souffert du mouvement de baisse sur les taux européen, pénalisant temporairement nos positions de couverture. Le fonds affiche une performance 2022 de -9,40% (au 05/10) avec une exposition actions stable à 20,2% au 05/10.

Source : Meeschaert au 10/10/2022

Le conflit en Ukraine a mis en lumière la dépendance énergétique de l’Europe. Les sanctions contre la Russie ont conduit à réduire les sources d’approvisionnement en gaz et en pétrole notamment. À l’approche de l’hiver, et à l’image d’Elisabeth Borne qui a présenté aux Français un plan de sobriété le 6 octobre, les différents gouvernements européens font face à des risques de « coupures ». Si des gestes simples peuvent permettre de réduire la consommation à court terme, cela ne suffira pas à moyen terme pour être indépendant et réduire l’empreinte carbone. Pour rappel, l’engagement du gouvernement français est de réduire de 40% les émissions de Gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à 1990 et d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Il est désormais encore plus clair que la transition énergétique va de pair avec l’indépendance énergétique, poussant les différents gouvernements à accélérer les investissements publics prévus dans le plan NextGenerationEU voté en 2021 (800 Mds€ à l’échelle de l’Europe). Dans un climat d’incertitudes sur la croissance mondiale, les différents plans favoriseront les entreprises disposant de technologies permettant ainsi de répondre au mieux à ces enjeux. La transition énergétique concerne bien évidemment la production et la consommation de l’énergie, mais aussi l’adaptation des systèmes de production. C’est dans ce contexte, que nous avons sélectionné le support Mandarine Global Transition qui a vocation à investir notamment dans les secteurs de la mobilité propre, de la construction durable, des énergies renouvelables, du capital naturel ou de l’économie circulaire. Malgré le contexte de ralentissement économique mondial, les entreprises du portefeuille tendent à afficher des révisions de bénéfices en hausse, justifiant de l’opportunité d’investissement dans ces thématiques. En effet, les technologies, à l’image des batteries lithium-ion, les électrolyseurs ainsi que le coût de production du solaire et de l’éolien sont de plus en plus compétitives. Par ailleurs, le contexte inflationniste constitue une incitation forte à la décarbonation et à la substitution des énergies conventionnelles.

Proximité Rendement Durable a été lancé en mai 2022.  Source : Meeschaert AM au 10/10/2022

Pour tout renseignement complémentaire, contactez un conseiller.

DISCLAIMERS

(1) Produit garanti en capital à l’échéance et présentant un risque de perte en capital partielle ou totale en cours de vie. 

Pour une information complète sur la stratégie du support et l’ensemble des frais et risques, nous vous remercions de prendre connaissance du DICI disponible en suivant les liens (survol sur le nom des fonds), et sur simple demande auprès de notre siège. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital. Avant tout investissement, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans cette newsletter, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir.

Les informations contenues dans cette newsletter sont arrêtées en date de publication de celle-ci et ne sont donc pas valables dans le temps.

Retour haut de page