Actualités

Bilan des marchés du 10 janvier 2022

Actualités financières

Nous vous proposons de découvrir un nouveau bilan des marchés de la semaine passée, rédigé par Vincent BARBIER, gérant de Proximité Courtage et du Groupement Proximité Partenaires Conseils.

À Wall Street, on range boule à facettes et confettis

Ce début d’année boursière est, comme annoncé, marquée par un changement de paradigme monétaire initié par la banque centrale américaine qui s’est confirmé cette semaine suite à la publication mercredi du compte-rendu du FOMC (le Compte-Rendu des réunions du Comité fédéral des marchés ouverts est un résumé détaillé de la réunion de politique monétaire du comité, organisée environ deux semaines plus tôt) stipulant que la voie à un relèvement de taux pourrait avoir lieu plus tôt que prévu ou à un rythme plus rapide qu’auparavant afin de limiter les dégâts inflationnistes et les répercussions sur le marché du travail dont la publication des derniers chiffres a été décevante aux US.

Cette annonce a fait remonter logiquement le rendement de la dette américaine à 10 ans à 1,72%.

Le marché anticipe dorénavant un relèvement des taux en mars et certains membres de la FED prévoient plus de trois hausses de 25 points de base en 2022 et un taux directeur supérieur à 1,75 % dans trois ans.

Dans ce contexte, les principaux indices américains ont terminé leur première semaine de 2022 dans le rouge : le Dow Jones perd 0,3%, le S&P500 1,5% et la plus forte correction revient à l’indice Nasdaq 100 qui a enchaîné 4 séances négatives de suite et recule de près de 5% sous la pression de la remontée des taux.

En Europe, les gains accumulés en début de semaine ont été partiellement effacés, mais les principales places se sont maintenues dans le vert. Le CAC40, qui a battu un nouveau record mercredi en flirtant avec les 7400 points, progresse de 0,85% sur la semaine.

Les valeurs technologiques en souffrance

La baisse du nasdaq sonne-t-elle le glas de l’euphorie boursière ?

Près de 1.000 milliards de capitalisations se sont évaporées cette année au sein du principal indice des valeurs technologiques. Microsoft, la deuxième capitalisation mondiale a ainsi été le principal contributeur à la baisse du Nasdaq et du S&P 500 ces derniers jours, avec une chute d’environ 6 % cette semaine.

Cette fois-ci, le risque est non exogène et était prévisible. Les valeurs de croissance ont été les principales bénéficiaires de la baisse historique des taux d’intérêt, qui a tiré les valorisations à la hausse. Seulement si vous êtes des lecteurs assidus de nos newsletters, vous avez pu constater que depuis un an nous avons évoqué à maintes reprises (« tapering », resserrement monétaire, « quantitative easing » en fin de course) soit la fin de l’argent facile et ce changement de cap est mécaniquement préjudiciable aux valeurs technologiques.

En effet, le rendement des obligations d’états (OAT française ou bund Allemand) est assimilé à un « taux sans risque« . Il sert de référence en conjonction avec l’inflation pour estimer la valeur actuelle des profits futurs des sociétés en pleine croissance.

Vous l’aurez compris lorsque le taux des emprunts d’État augmente, la valeur des profits futurs de ces entreprises diminue; ce qui se reflète sur les cours de Bourse.

Ce durcissement monétaire outre-Atlantique pourrait bel et bien profiter aux indices européens que certains verraient bien battre, pour la deuxième année consécutive, leurs homologues américains.

La banque centrale européenne va certes arrêter en mars prochain son principal programme d’achat d’actifs, le PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme), qui portait sur 1 850 milliards d’euros, mais pour ne pas couper brutalement son soutien, elle va renforcer temporairement un autre programme, l’APP (Asset Purchase Programme) qui porte sur 20 milliards par mois et ne prévoit aucune hausse de taux pour 2022.

Point sur notre fonds Panorama Patrimoine

Panorama Patrimoine achève le mois et l’année sur une note positive, bénéficiant du renforcement de la poche actions dans un contexte d’apaisement des craintes sanitaires. Ainsi, le fonds achève l’année 2021 sur une performance de +3,29%. Avec une exposition supérieure à 22%, le portefeuille maintient un biais prudent dans un environnement qui sera marqué par une inflation élevée et le resserrement monétaire des banques centrales. Par conséquent, nous maintenons nos préférences sur les thématiques cycliques liées à la transition énergétique et aux valeurs de petites et moyennes capitalisations protégées par leur pricing power, et conservons à ce stade nos couvertures sur les taux US à même de nous protéger d’un resserrement brutal de la politique de la FED. Nous restons très attentifs au thème chinois qui, après une année 2021 défavorable, pourrait bénéficier d’un contexte porteur et restons à l’écart des technologies US qui pourraient souffrir des ajustements de la FED.

Le fonds Panorama Patrimoine st en progression sur la semaine. Le fonds a principalement bénéficié de son exposition aux thèmes reflationnistes, à travers les couvertures de taux US mais également des actions des secteurs miniers et bancaires. L’exposition au rouble ainsi que les valeurs de croissance en Europe et en Chine ont quant à elles contribué négativement sur la semaine. Le fonds affiche une performance 2022 de -0,01% (au 05/12) avec une exposition actions stable à 22,3% au 10/01.

Source : Amilton au 10/01/2022

Pour tout renseignement complémentaire, contactez un conseiller.

DISCLAIMERS

Pour une information complète sur la stratégie du support et l’ensemble des frais et risques, nous vous remercions de prendre connaissance du DICI disponible en suivant les liens (survol sur le nom des fonds), et sur simple demande auprès de notre siège. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital. Avant tout investissement, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans cette newsletter, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir.

Les informations contenues dans cette newsletter sont arrêtées en date de publication de celle-ci et ne sont donc pas valables dans le temps.

Retour haut de page