Actualités

Bilan des marchés du 23 janvier 2023

Actualités financières

Nous vous proposons de découvrir un nouveau bilan des marchés de la semaine passée, rédigé par Vincent BARBIER, gérant de Proximité Courtage et du Groupement Proximité Partenaires Conseils.

Le temps additionnel­ ­­ ­ ­ ­ ­

Les marchés financiers pensaient que le duo arbitral Powell / Lagarde avait le sifflet à la bouche pour arrêter d’une minute à l’autre le match bien difficile lancé contre l’inflation.

Cette semaine, les argentiers leur ont rappelé qu’ils n’étaient pas prévu de rentrer sans que le temps additionnel soit écoulé et face aux nombreux arrêts de jeu, la partie risque de durer encore un peu.

Il faut dire que les investisseurs se sont montrés très offensifs depuis le début de l’année avec un appétit marqué pour les actions européennes. En milieu de semaine, le CAC 40 était en progression de près de 10% depuis le 1er janvier et n’a pas été loin de retrouver son record atteint il y a un an à 7376 points.

Les raisons sont bien identifiées, léger recul de l’inflation nourrissant les fantasmes du retour des colombes au sein des politiques monétaires, la réouverture de la Chine avec son PIB de $17 734 milliards (soit 1/5 du PIB mondial) qui lui confère une place prépondérante au niveau du commerce mondial.

Seulement l’euphorie s’est soudainement stoppée mercredi dernier avec une correction de près de 2% pour l’indice parisien suite à la mise au point de la FED et de la BCE qui ont douché les espoirs d’une possible modération du resserrement monétaire.

C’est tout d’abord James Bullard et Loretta Mester, deux responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui ont insisté sur la nécessité de porter les taux d’intérêt aux États-Unis au-dessus de 5% voire de les porter potentiellement jusqu’à 7%.

Christine Lagarde dans un discours très hawkich a clairement fait entendre qu’elle ne comptait pas relâcher ses efforts pour lutter contre l’inflation «L’inflation, quelle que soit la façon dont on la regarde, est beaucoup trop élevée en zone euro et nous maintiendrons le cap suffisamment longtemps jusqu’à ce que nous soyons passés en territoire restrictif pour que nous puissions ramener l’inflation à 2 % dans un délai raisonnable. »

La présidente de la BCE s’est même permis d’adresser un petit conseil aux boursicoteurs en recommandant « aux participants des marchés de réviser leurs positions » certains estiment que le rally des deux dernières semaines n’est pas le bienvenu dans une période où les moyens sont mis pour freiner la hausse des prix, un sentiment partagé par la Réserve fédérale.

Cependant, Christine Lagarde s’est voulue moins pessimiste qu’en fin d’année sur la croissance européenne, le risque de récession qui semblait inéluctable pour 2023 pourrait même être écarté au profit d’une résistance.

L’ancienne ministre a déclaré que l’année 2023 sera «bien meilleure qu’on ne le craignait» et que les marchés du travail «n’ont jamais été aussi dynamiques».

Sur la semaine écoulée, le Dow et le S&P terminent dans le rouge (-2,7% pour le Dow, -0,66% pour le S&P), en Europe les indices, comme souvent ces derniers temps ont fait preuve de plus de résilience, l’Euro Stoxx 50 est en léger repli de 0,4%; dans son sillage le CAC 40 abandonne 0,4%.

La semaine prochaine les marchés seront fermés en Chine pour les célébrations du Nouvel An, en zone euro nous suivrons la publication de l’indice de confiance des consommateurs.

Point sur notre fonds Panorama Patrimoine

Durant la semaine, nous avons été actifs sur la poche obligataire du portefeuille. Nous avons réduit la sensibilité taux en vendant des obligations italiennes à 10 ans. Alors qu’il était de 4.71% au 30/12/2023, le 10 ans italien est passé à 3.76% le 18/01/23, nous estimons que le marché a sans doute anticipé trop tôt un pivot de la BCE.

À la suite des déclarations de Mme Lagarde, jeudi à Davos, confirmant la volonté de la BCE de remonter ses taux de 50 bps, nous avons à nouveau réduit la sensibilité du portefeuille en vendant des obligations allemandes à 5 ans.

Enfin du côté des actions, nous avons réduit à la marge notre exposition aux petites et moyennes capitalisations françaises.

Notre exposition actions (dérivés inclus) est de 18.75%.

La performance du fonds depuis le début de l’année est de 1.99% arrêtée au 18/01/2023.

Source : Meeschaert AM au 23/01/2023

La semaine dernière, nous évoquions différents indicateurs ESG, et différentes terminologies. Cette semaine détaillons la notion d’investissement durable au sens de SFDR, c’est un enjeu majeur puisque dorénavant les critères de préférence ESG intègrent le parcours client.

Chaque société de gestion définit sa propre méthodologie de l’investissement durable à partir de trois dimensions :

  • un investissement dans une activité contribuant à un objectif environnemental ou sociétal,
  • un investissement qui ne cause pas de préjudice significatif à l’un de ces objectifs (Do not significant arm en anglais)
  • un investissement dans les sociétés qui appliquent de bonnes pratiques de gouvernance.

Lorsque l’ensemble des valeurs qui composent le fonds sont dites “durables”, c’est-à-dire qu’elles respectent les critères ci-dessus, le fonds peut être classé article 9, dans ce cas nous pouvons parfois parler de gestion à impact.

Proximité Rendement Durable est un fonds article 8 au sens de la règlementation SFDR, c’est à dire qu’il fait a promotion de caractéristiques ESG. Le fonds n’a donc pas l’exigence de détenir 100% de valeurs dites durables.

Toutefois, nous avons le devoir d’intégrer des facteurs ESG dans notre processus de gestion, tant sur les choix d’investissements, que sur la sélection des fonds composant le portefeuille. A titre illustratif, 54% du fonds est considéré durable au sens de la méthodologie Meeschaert AM.

Proximité Rendement Durable a été lancé en mai 2022.  Source : Meeschaert AM au 20/01/2023

Pour tout renseignement complémentaire, contactez un conseiller.

DISCLAIMERS

Pour une information complète sur la stratégie du support et l’ensemble des frais et risques, nous vous remercions de prendre connaissance du DICI disponible en suivant les liens (survol sur le nom des fonds), et sur simple demande auprès de notre siège. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital. Avant tout investissement, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans cette newsletter, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir.

Les informations contenues dans cette newsletter sont arrêtées en date de publication de celle-ci et ne sont donc pas valables dans le temps.

Retour en haut